Libérée, délivrée…

Libérée, délivrée, je ne mentirai plus jamais…

C’est bon tu l’as dans la tête?
Mais pourquoi suis-je aussi méchante?
Parce qqqqqquuuuuueeeee!!!!!!

Je ne pouvais trouver meilleur titre pour illustrer cet article, que je rêvais de pouvoir publier un jour. Quand j’ai crée mon blog, l’idée était de pouvoir parler de choses légères, de makeup, de recettes, de séries au travers de jolies photos, mais c’était surtout une source de motivation pour me dépasser et pouvoir m’exprimer sans limite.

Crises d’angoisse et compagnie

Les limites, je les ai subies de milles et une façon. J’ai été limitée dans mon propre corps, dans mes gestes, dans ma vie, dans mes envies, dans ma maison, dans absolument tout!
J’ai été agoraphobe+++, genre la version bien hardcore ou la simple idée de franchir mon portail me plongeait dans une panique folle. Crispation, sueur froide, sensation de malaise, palpitions, nausées et je rebroussais chemin à tous les coups. La sensation de ne rien contrôler et finalement de tout contrôler pour éviter cette angoisse, cette peur totalement irraisonnée.
C’est également le début d’une phobie sociale car tu es dans l’évitement sans arrêt et pour de mauvaises raisons. Tu as peur, de quoi? Tu ne sais pas. Pourtant, tu as ce sentiment d’insécurité perpétuel qui te colle à la peau. Tu choisis, donc, la solution la plus simple: rester chez soi. Tu te coupes de tout, tu as peur de l’extérieur, des gens, de toi et de l’image que tu pourrais donner.

J’avais déjà abordé mon agoraphobie dans un précédent article ou je parlais aussi de la cohérence cardiaque. Méthode de relaxation qui m’a également grandement aidée. Cependant, comme j’avais encore un pied dedans, je n’avais pas le recul nécéssaire que je peux avoir aujourd’hui.

Reine du calcul (pas en mathématiques)

Mon Home Sweet Home était mon cocon, ma bulle de sécurité mais c’était surtout ma prison dorée.
Tout était calcul, j’étais dans l’évitement, dans la peur au quotidien. J’étais devenue la reine du Poker Face, faisant comme si tout allait bien alors que je vivais un véritable tsunami d’émotions à l’intérieur. Je trouvais toutes les excuses possibles pour éviter de sortir, que ce soit simplement faire des courses (carrefour est à 1,9km de chez moi), soit je passais par internet, soit je demandais à ma maman ou à mon amoureux de les faire. Idem pour le shopping, je ne te parle même pas du restaurant ou de passer un bon moment avec les copains, les copines. Juste ces choses complètement anodines pour la plupart des gens, étaient devenues pour moi, une véritable croisade.

Agoraphobie +++

Avec moi, tout était prétexte à reporter… Si j’étais réellement obligée d’aller à l’extérieur, après avoir pris soin d’exploiter toutes les autres possibilités, je calculais la distance kilométrique, la durée et à peine le cul posé dans ma voiture, je rêvais d’être déjà rentrée chez moi. Je te passe les réflexions entendues, prends sur toi, moins tu sors, moins tu auras envie de sortir, force-toi… C’est maladroit et surtout tant que tu ne vis pas ce que je vis, tu ne peux tout simplement pas l’imaginer et encore moins le comprendre. Moi-même, je ne comprends pas pourquoi je suis comme ça.
Gérer du mieux que je pouvais. Chaque jour était un défi et personne ne s’en rendait compte. Un excès d’adrénaline, un tourbillon de pensées et soudain, j’étais mal. C’était un réel supplice. Ma vie entière était régie par mes angoisses. J’avais réussi de manière méthodique à ne jamais ou très très peu quitter ma zone de confort, pour éviter la moindre sensation, la plus infime émotion. Ma maison s’avérait être, finalement, ma prison.  Toutes notions d’insouciance, de lâcher prise ou de spontanéité m’étaient parfaitement étrangères. Mon entourage proche était au courant et c’était eux qui venaient à moi. Si j’avais besoin de voir un médecin je faisais venir SOS MEDECIN, besoin de me couper les cheveux? Pas de problème, moi qui suis si coquette, je prends mon peigne et ma paire de ciseaux et gare au carnage… Pour le boulot, étant graphiste freelance, difficile de démarcher mais je me débrouillais par mail, par téléphone et par Skype. En bref, j’avais une solution à quasiment tout, même ma fabuleuse psy, venait faire ses consultations à domicile.  

Allô, Mme la psy, bobo

Au bout de 5 séances, elle m’a posé un ultimatum. Soit on continue les séances et je me rends à son cabinet, soit elle me redirige vers un de ses confrères. À ses dires, dans ces conditions, je ne pouvais pas progresser sans sortir de ma zone de confort.
À ce moment là, inutile de te dire que ça a été panique à bord. Mais comment? Je ne suis absolument pas libérée, délivrée! Pourquoi elle me fait ça? Elle sait très bien que je ne peux pas sortir! Je ne vais pas devoir tout recommencer avec quelqu’un d’autre?
Sur le moment, le statut de psy fabuleuse était bien mis à mal.
Une fois, le mode digestion activé, je me suis posée et je me suis dit ok, tu es entrain de passer à côté de ta vie. C’est donc LE moment si tu veux vraiment sortir de ta cage, tu vas devoir accepter de souffrir pour aller mieux, alors agis! J’ai accédé à son ultimatum et j’ai mis un point d’honneur à ne jamais, ABSOLUMENT, jamais louper un seul de ses rendez-vous. Les 3 premières consultations ont été viscéralement horribles. Je partais, la boule au ventre, sans savoir si j’allais, un, parvenir à destination et deux, à rester l’heure entière. Étonnement, j’arrivais en un seul morceau au rendez-vous et même si les premiers temps, l’envie de m’enfuir m’obsédait, je résistais. Je terminais ma séance difficilement mais j’allais jusqu’au bout. En fin de compte, je la remercie de tout mon être de m’avoir imposé cet ultimatum. Je crois que c’est, finalement, ce qui a déclenché cette envie de me battre pour m’en sortir!

Pas à pas

Au fur et à mesure des séances, deux fois par mois, je me suis surprise à partir de chez moi sans penser à «  attention, tu pars de chez toi, il risque d’arriver quelque chose de terrible ». J’allais à mon rdv sans anticipation, sans crainte, complètement naturellement, comme toi lorsque tu vas chercher ton croissant à la boulangerie. Pas totalement libérée, délivrée mais en bonne voix.

Au vu de l’évolution plus que bénéfique, je me suis confrontée volontairement aux situations qui m’étaient totalement impossibles et terriblement anxiogènes. Petit à petit ce sentiment d’insécurité m’a doucement et très tendrement lâché la grappe… Je suis allée faire du shopping dans un centre commercial. Oui madame, dans un lieu bien fermé et plein de monde où j’ai d’ailleurs complètement craqué ma CB. C’était le résultat de trop de frustrations;). Je m’obligeais à sortir, un peu plus longtemps, un peu plus loin. Tous les essais n’ont pas tous été des succès. Il m’est arrivé au début de faire demi-tour et de rentrer chez moi, illico-presto. Puis progressivement, les tests se sont transformés en des réussites et je partais de chez moi sans me poser de questions. Ma liberté chérie n’a pas de prix. Totalement, libérée, délivrée.

Finalement j’écris cet article aujourd’hui que je n’aurais jamais, même, envisagé il y a un an.

Libérée, délivrée

Parce qu’aujourd’hui, je me sens véritablement libérée, délivrée. Je sors, je respire, je vis, je ris, je me sens libre, apaisée et heureuse. Je réalise tout le chemin parcouru et je suis tellement fière! Quand j’ai créé mon blog, c’est certainement tellement anodin pour toi, mais je rêvais de pouvoir réaliser, un jour, ce genre de photos. Un joli petit look au milieu de Lyon, et pas dans les limites de mon jardin. Ma jolie ville, que je redécouvre avec une soif insatiable de tout voir, de tout regarder, de rattraper tout ce temps perdu.

J’imagine bien que mon blog ainsi que mon compte Instagram vont prendre un nouveau tournant. Je vais continuer à faire mes flatlays avec mes cafés et mes fleurs, les revues makeup et séries. En revanche, je vais surtout prendre un kiff monstrueux à bouger pour capturer et partager des jolies images, dans un univers qui me ressemble. 

Special Thanks

Je me dois de remercier Internet, pour les courses et le shopping en ligne. C’était difficilement gérable, mais sans toi, Google, je ne sais pas vraiment comment j’aurais pu faire. Je tiens surtout, aussi, à faire un gros kiss plein de love à mon Didou, mon pilier, pour sa patience, sa tolérance et son amour infaillible. Je suis consciente d’avoir une chance folle de l’avoir à mes côtés. Ma maman pour son amour inconditionnel, son soutien de tous les jours (pour ne pas dire de toutes les heures). Il y a aussi Crapule la Puce Tulle, parce qu’avec elle on se fend la gueule à grands coups de hache.
Tant qu’on y est, je vais devoir parler de ma super Lili, de Attrrideuh, de Fla, de Lara Crotte (Audrey), de ma Mayon pour leur amitié sans frontière, sans jugement, les meufs je vous
❤️! Et puis les autres aussi Fab, Elo, Fran, Tuile, Catena… Dieu sait que cette période était difficile pour moi, mais j’ai conscience aussi qu’elle était difficile pour les gens que j’aime. 

Sur ce les gars, on arrête le bla-bla, j’ai des photos à montrer et j’ai une vie à croquer pleinement!
J’espère profondément que cette  » nouvelle ligne
éditoriale » te plaira, moi en tous les cas je me régale!

Du vieux Lyon en coup de vent, au majestueux palais de justice aux 24 colonnes, en passant par le marché Quai St Antoine, mon magnifique fleuriste Le Jardin Célestin et pour terminer par la merveilleuse place des Jacobins, Lyon I’m back!

Du coup, je vais me payer le luxe de te préciser mon outfit du jour:
Robe H&M
Blouson Diesel
Sac Saddle Dior
Baskets Converse off course!

Voilà, tu comprends pourquoi je chante libérée, délivrée maintenant…

Libérée-délivrée-maison-roseStJean-Pink-place-02Libérée-délivrée-maison-roseSt-jean-pink-placeStJean-pink-place-03
St-jean-cathédrale
Libérée-délivrée-palais-justice-soleilLibérée-délivrée-palais-justiceSt-jean-palais-de-justice-XSLyon-palais-égliseLyon-Palais-04Lyon-immeubles
Libérée-délivrée-pont
Les-célestins-fleuriste-03Les-célestins-fleuriste-01Lyon-Stranger-view
Libérée-délivrée-basilique-fourvièreMarché-StAntoine-Mini-ananas-03Libérée-délivrée-pivoines
Fontaine-Jacobins-04Fontaine-Jacobins-05Libérée-délivrée-Portrait-JacobinsLibérée-délivrée-sac-sanddle-DiorFontaine-Jacobins-01Lyon-Jacobins-immeuble

12 commentaires sur “Libérée, délivrée…

  1. Je suis tellement contente pour toi!!! Je suis tellement fier de toi! Je suis pressée de venir profiter d une balade avec toi! Pleins de bisous

  2. Les photos sont magnifiques, mais ce n’est pas le point aujourd’hui 😉
    Je suis – bêtement – remplie de fierté pour toi, pour tout ce beau chemin que tu as accompli. La psy fabuleuse et toutes ces personnes qui t’aiment ont été certes entourantes, compréhensives, mais c’est quand même bien à toi que tu dois cette victoire énorme.
    Bravo ma Manue, vraiment.
    PS. Tu es radieuse sur les photos, je t’embrasse fort
    Caro

    1. Très touchée ma Caro, je reçois une grosse vague d’amour et ca fait bcp de bien! Tellement contente!!! Mille mercis du fond du cœur encore !
      Je t’embrasse fort ❤️❤️❤️❤️

Laisser un commentaire